Archive pour la catégorie 'CR CG live'

Tir au pigeon à Oostende

La voiture passe la frontière franco-belge.

Mrick m’emmène me balader en Belgique.
On va pratiquer mon passe temps favori.
Spew une ou deux caves en casino dans des parties ou je suis scared money, sans aucun edge parce que tout se joue à tapis préflop et ou les AA sont donnés pour être craqués .

Faut-il être stupide ???

Bon là c’est de la 2/2 et je peux au moins jouer full stack avec mes maigres 300 euros.

Nous nous rendons donc Oostende du tir au pigeon.
Petite ville belge de bord de mer.
Ravagée pendant la guerre, elle a apparemment été laissée au soin de l’architecte particulier de Ceausescu. Du pur style communiste de la belle époque.
Grands bâtiments en béton gris en enfilade…..
Qui mènent au palais d’hiver de Ceausescu.
Le casino Kursaal d’Oostende.

En exterieur ?
Pas glamour pour un sou le Kursaal.
A dire vrai, je m’y barricaderais volontiers pour défendre mes terres contre de possibles envahisseurs qui viennent jusque dans mes bras pour égorger mes fils et mes compagnes.
Bon en fait, je ferais jamais ça.
Mais si jamais je devais le faire, ça serait au casino Kursaal d’Oostende, promis.

Petite surprise, c’est un casino Partouche.
Je ne savais pas qu’ils avaient passé la frontière.
Ils sont partout ces Partouche…

Ils sont Partouche…

Excusez moi, il est 5 heures du matin.

Nous arrivons en plein tournoi par équipe. Les tables de cashgame ouvrent à 19h30.
Ce qui serait une bonne nouvelle s’il était 19h15 mais malheureusement, il est 16h15.
On est presque arrivé à l’heure. Plus que 3h30 à tuer.

Le temps de :
Rencontrer Stefal, assez reconnaissable à sa taille de guêpe, son teeshirt rouge fuchsia et sa casquette des Yankees, et de lui transmettre nos hommages.
Se balader sur la plage. Sous un vent bien glacé. Et une mer du Nord plate.
Découvrir les rues commerçantes de Oostende, jalonnées de brasseries ou 85% des vieux Oostendais viennent passer leur samedi après midi.
Acheter un souvenir pour la copine de Mrick qui habite à Paris. Il optera pour 400g de filet américain.
Passer devant le temple de la gauffre Homemade.
Y résister. Deux fois. A l’aller et au retour.
Revenir au cazingue.
S’installer devant un bon café/nougat/biscuit.
Observer les stratégie des joueurs à la roulette. (Consistant à mettre ses jetons sur les mêmes cases que Mamie la touffe parce qu’elle a un pif monstrueux)
Observer les stratégies des joueurs au blackjack. (Consistant basiquement à jouer le double de ce qu’on vient de miser si on vient de perdre pour récupérer ses pertes et à jouer le double de ce qu’on vient de miser si on vient de gagner parce qu’on est en veine)
Lire Poker 52 et découvrir que Tony Parker organise des petites tournois privés chez lui de 80 joueurs à 500$, avec recaves illimités pendant deux heures.
S’apercevoir qu’il reste encore une heure et demie à attendre.

Nous nous asseyons finalement à la table.
Il faut rétablir la vérité.
Si le Kursaal est juste repoussant d’extérieur, l’intérieur est vraiment, vraiment cosy.
Tout en velours rouge.

La table n’a pas l’air folle.
Les premières relances sont à 7 ou 8 euros et sont respectées.
Mes ex-camarades de jeu au Caz de Cabourg devraient s’étrangler en lisant ça.
A part un échappé de l’asile des casinos français qui relance lui à 18 euros.

La langue officielle à la table, c’est l’anglais. Pour le dealer en tout cas.
Mais si il n’y a plus que des francophones dans le coup, il passe au français. Idem pour le Flamand. C’est un de ces bordels.
Je me suis vu expliquer une règle en flamand.

Un flamand passif weak très sympa annonce au showdown :
« Jé Tin Ôss ».
Ce qui veut dire « j’ai un as ».

Du coup, moi je passe à l’anglais. Je suis vachement plus à l’aise avec cette langue là. Ça me permet aussi de m’entretenir un peu.

Mrick limp au CO.
L’échappé de l’asile l’iso raise au bouton à 16.
C’est payé par la BB et Mrick.
Foufou envoie trois barrels à 16, 24, et 52 tapis sur le board :
4h5hTdKs2c
Mrick paye les deux premiers et abandonne sur le troisième.
Foufou montre 9s2h
Foufou : « T’étais à tirage ? Je te voyais sur tirage »
Mrick : « … »
Foufou : « T’avais QJ ? J’étais sur que t’avais Qj ! »
Mrick :  » J’étais à tirage couleur »
Foufou : « Je savais que t’étais à tirage couleur »
Mrick : « Pourquoi tu mises puisque tu as une paire ? »
Foufou : « Bin parce que je sais que t’es à tirage, je veux te faire folder. »

Il y a une logique. Je sens qu’il y a une logique. C’est sur.
Mais je n’arrive pas à mettre le doigt dessus.

Si je ne parle pas de mes mains, c’est parce que il n’y a rien à en dire.
Pocket garbage pendant une heure. Pas une main jouable. Peu importe le spot.
Pas un As. Pas une main suitée.

Une vraie paire de couille belge vient s’asseoir à la gauche de Mrick.
Un gros monsieur avec une barbe, des petites lunettes et le regard malin et vicieux du paysan normand. Ah oui, et un ego grand comme la chine. 66
(a court de comparaison, sorry)
Il paye toutes les relances, peu importe le montant.
Si le pot n’est pas ouvert, il relance à 16.
Si des gens ont limpé, il passe à 24.
Il misera tout flop checké.
Il misera tout flop avec des baby cartes (hé oui ! Tout les autres ne jouent qu’avec Ak !!!)
Les ventrales, il les paye jusqu’à la moitié de son tapis.
Les open ended, c’est les nuts.
Et s’il s’engage dans un bluff…
… C’est jusqu’au bout.
Pour l’instant ça marche bien pour lui. Il est à 700.

Mrick a donc à sa droite une paire de couille belge, puis Foufou, puis un français mi-aggro, mi-passif, très loose, et qui touche tout.
Le reste de la table étant composé de coffre forts weak passif.

Je me fait tellement chier que je commence à faire des blagues pourries.
Genre mon pote le flamand coffre fort à ma droite relance à 8 euros au bouton. Et j’entasse mes 300 euros avec la farouche détermination de celui qui va faire tapis. Sauf que mes cartes ont déjà été foldées.
On rigole bien, même mon pote le flamand.
Même s’il rit un peu jaune parce qu’en fait, il avait les As et qu’il a vraiment cru que je poussais tout.

Puis je demande au croupier s’ils jouent avec les figures en Belgique.
Plainte déguisée en mauvaise blague.
Le dealer esquisse un sourire très poli.

Paire de couille belge relance à 8 en middle position. Coffre fort flamand paye au bouton. Et j’ouvre en BB ma première vraie main jouable de la soirée. 8s5s. Je complète.
Flop : Ad4d7c
Je check. Paire de couille belge check derrière moi. Et coffre fort flamand check aussi.
L’information est complètement claire : personne n’a d’As.
A l’extrème rigueur, coffre fort flamand peut en avoir un tout petit.
Turn : 2d
Mes deux adversaires se jettent sur leur cartes pour regarder si ils ont pas un carreau par hasard.
Merci pour l’info les copains. Tiens, by the way, moi j’ai un as.
Je bet 14. Je m’attends un peu à être payé et bluffer toutes les rivers sans carreaux.
J’aurais donc pu mettre plus pour faire de la value sur mon bluff futur.
Paire de couille belge me paye.
River : 8d
Je check. Il check et ouvre Td8h
Je fais un faux petit signe d’agacement genre :
« rooooo mes deux paires se font craquer par cette bouse intégrale »
Paire de couille belge : « Que veux tu que je fasse d’autre avec cette main ? »

Un mec gagne un coup avec les AA.
Le croupier prend la main et me l’avance devant moi.
Pince sans rire.
Enfoiré. :)

Mrick perd sa première cave déjà bien entamée en flops non touchés sur un coin flip QQ vs Ak contre le jeune français.

Ils passent « Starway to heaven » de LedZep dans le casino. Curieux. Mais de bon gout.

Un peu plus tard.
Foufou s’est fait décaver. Il est parti.
Un hollandais ressemblant à Oliver Kahn s’assoit à sa place. Il est immobile comme une statue allemande, froid comme la mort. Et sacrément agressif lui aussi.
Mon voisin de gauche également a déserté la table. Il est remplacé par un joueur qui s’avérera plutôt bon.

Un mec gagne un coup avec KK.
Le dealer avance encore la main devant moi.
Raaaa mais tu vas arrêter !!!
Salaud.
Je me marre bien.

Vient maintenant un coup un peu particulier.
Le jeune français qui a déjà un bon gros stack raise UTG à 8 et coffre fort flamand le suis.
Jeune français a des betting pattern.
Et 8 préflop c’est : j’ai une main moyenne et j’en fixe moi même le prix.
En tout cas dans le dictionnaire Jeune français/Antonin, Antonin/Jeune français.

Et j’ouvre KsQs en middle position. Ce qui est assez choquant au vu de mes mains depuis deux heures.
C’est sans doute le fait que je tient ma meilleure main depuis deux heures, que je n’ai pas envie de la sacrifier sur l’autel du family pot et puis aussi parce que l’action jusqu’ici me semble bien faible. Je me décide à surrelancer à 26.
C’est discutable.
Paire de couille belge paye les 26 en SB. Rofffl.
Et mon jeune français paye aussi.
Coffre fort flamand se couche.

FLop : 6h4h2s
Et Paire de couille belge donk à 30 euros. Bin voyons.
Le français fold et je raise à 70.

Je ne raise qu’à 70 parce que je m’attend de toutes façons à me faire payer une première fois. Je veux donc qu’il croit que j’ai envie de me faire payer. Et ça me permet de pousser mes derniers 150 sur la turn. Une somme encore imposante.
J’ai pas jouer une main en deux heures… J’ai une overpaire non ?
Non ?
Non.
Paire de couille belge me paye.
Turn : 7h
Sans doute la pire carte du paquet.
Et Paire de couille belge donk à 100 euros.
Il m’enfonce mon plan dans le cul. Avec des graviers.
Bon. Bin fold.
Il montre As5c
Soupir.
Paire de couille belge exulte. Il pense m’avoir fait folder paire de roi.
Et moi je n’ai plus que 150.

Je suis à ce moment précis assez certain de perdre mes 150 derniers euros et d’arrêter le poker définitivement.
Pendant au moins un jour.

Sans doute satisfait de ce coup, Paire de couille belge quitte la table pour aller manger. Il laisse ses 800euros à table. Bon, il reviendra.

Mrick se fait humilier en se faisant herocall par mon voisin de gauche avec troisième paire et plein de tirage dans tout les sens.
C’est pas sa soirée non plus.
Témoin ce petit coup rigolo.

Tout le monde a couché avant lui et il relance au bouton à 8.
Oliver Kahn le call en sb et jeune français 3bet à 24.
Mrick est en position avec sans doute une main correcte mais pas top. Il call donc les 24.
Et Oliver Kahn crée la surprise et 4bet à 68. Ce qui fait folder les deux autres.
Mrick perd 24 de plus et je note que Oliver Kahn est sans doute un hollandais volant.

Je reperds encore plusieurs tours de blinds et Paire de couille belge revient.
Pour fêter ça, il relance en early position à 16 euros. Jeune français le call et j’ouvre KQos en BB. Je n’attendais pas une main aussi forte pour le faire.
Boite. 128 euros. Ça calme hein ?
Paire de couille belge paye instantanément. Gloops.
Il ouvre 66.
Et je gagne mon coin flip.

Je suis en train de danser sur « Rasputin » de Boney M. Mrick aussi.
Pourtant tout le monde me regarde. C’est bizarre.
J’arrête de danser et je me rends compte que c’est à moi de jouer.

Un pot monstrueux à 1200 euros se joue entre les deux chip leader. Paire de couille belge et jeune français.
L’un a couleur floppée, l’autre brelan floppé.
Ça part à boite sur la turn.
Et jeune français touche sa doublante.

Paire de couille belge était déjà survolté. Avec ce bad beat, il va être insupportable.
Il envoie un boulet en openraise préflop à 42. Tout le monde fold et il montre les QQ.
Quelqu’un : « Tu veux pas qu’on te paye ou quoi ? »
Paire de couille belge : « Hé non ! Si on me paye, c’est que je suis derrière. »
Réponse qui n’est pas sans rappeler une récente main d’anthologie sur ce même blog.
Je vous laisse savourer.

Il se fait décaver quelques instants plus tard en payant un tapis turn avec un out pour gagner.
Qu’il ne touche pas.
BR de Paire de couille belge : -400

Il revient avec 200 euros et se les fait prendre sur la première main.
Br de Paire de couille belge : -600

Question : « Et moi ? »

Il repart chercher des jetons. 300 euros de plus.

Je touche AQ ! Weewee !
Je prends les blinds mais que c’est bon une vraie main !

Un jeune sharkou flamand arrive à deux sièges à ma gauche.
Il a 200 euros.
20 minutes et 4 fulls plus loin, il est assis devant 1300 euros.

Paire de couille belge y a laisser son stack.
Br de Paire de couille belge : -900.
Et recave à 200.

Ils repassent Starway to heaven. C’est quand même bizarre.

Jeune français se plaint qu’il ne touche rien. Il est assis devant 800 euros.

Paire de couille belge reperd sa cave en bluffant une serrure qui le surrelance sur le flop.
BR de paire de couille belge : -1100 euros.
RrrrououououuRrrrrouuuuu !

Tir au pigeon à Oostende dans CR CG live

Mrick reperd une cave contre Paire de couille belge. Top paire contre top paire.
Définitivement pas la soirée de Mrick.

Paire de couille belge limp UTG, Oliver Kahn limp, jeune français limp et coffre fort flamand relance le bazar à 8 euros. Quand même !
Le mec juste après lui qui est une grosse serrure paye les 8 et j’ouvre AdAs
Je revérifie. Puis revérifie encore.
Puis revérifie. C’est bien les as.
Avec de l’action avant moi.
Alors je 3bet à 34. Assez confiant que Paire de couille Belge au moins va payer.
Il s’empresse de le faire, ainsi que Coffre fort flamand.
Je pris pour ne pas voir un flop 5h6h7h mais c’est un innocent Ks8c2h qui vient.
Paire de couille belge ouvre le pot à 2 euros. Et coffre fort flamand le relance à 212 euros et tapis.
Blurp.
Brelan ? Brelan ? Non. Il a un roi. Juste un roi. Sans doute AK ou KQ. Mais je dois être devant.
Armé de couille en cuir et priant pour que Paire de couille belge n’est pas un 22 dévastateur, je pousse aussi mon tapis.
Paire de couille hésite quelques instants à payer avec A8 et finit par folder.
Coffre fort flamand ouvre un rassurantKcQc
Ma main tient et je monte à 500.
Yeeppee.

Pour fêter ça, ils repassent « Rasputin ».
Ils n’ont que deux chansons à Kursaal.

Mon pote le coffre fort flamand est remplacé par un jeune loup au visage sympathique qui a monter un stack de 1500 euros sur une autre table. On entame la discussion assez rapidement, il m’est tout de suite très sympathique. De mère Polonaise et de père Italien, il est hollandais et habite en belgique.
Il parle 5 langue. C’est un pentaglotte.
Et il fait rapidement monté son stack à 2000 euros en deux coups contre Oliver Kahn et Paire de couille belge qui part se recaver.

Br de Paire de couille belge : -1400euros.

Le dealer à mèche au visage d’Appollon doit lui aussi être un jeune sharkou d’internet. Son visage commente discrètement et bien malgré lui tout les coups à table. un léger haussement de sourcil pour une désapprobation, les yeux qui se lèvent rapidement au ciel signifie « Oh My Fucking God ! » et un plissement de la bouche pour approuver les coups.
Apparemment il y a que moi qui remarque ça et c’est plutôt marrant. On sent qu’il a envie de jouer lui aussi.

J’ai perdu 40 euros de mon stack quand vient ce coup.
Deux limps avant moi. Je raise à 24 en middle position avec AsQh
Évidemment, je suis payé par Paire de couille belge et Oliver Kahn. Tout les deux dans les blinds.
Flop : ThTs7d
Paire de couille belge check et Oliver Kahn donk à 52.
Bin voyons.
Je paye les 52, assez persuadé d’avoir la meilleur main. Et si ce n’est pas le cas, d’être opposé à une main bancale que je n’aurais aucune difficulté à sortir du coup.
Paire de couille belge fold.
Turn : 2c
Oliver Kahn check. C’est officiel, j’ai la meilleur main.
Je n’ai qu’à souffler sur le pot pour le prendre.
Mais j’ai l’esprit malsain et greedy.
Je pense pouvoir provoquer un gros bluff de sa part sur la river si je check.
De ce que je perçois de lui, il va tenter de le prendre ce pot…
Allez check.
River : 6h
Et comme prévu, Oliver kahn envoie un pavé à 86 euros.
Je réfléchit une dizaine de secondes à le minrelancer pour ne pas être surpris par un 33 hypothétique et malvenu mais je finis par call.
Oliver kahn me dit « Good call, you win »
Et retourne Kc6c
Gzzzfggggllzghzgh. Je muck ma main. Tout le monde me regarde avec des yeux ronds.
Je me sens comme un gros débile tout à coup.
Bon il a chatté ses 6 outs sur la river mais je serais pas en train de spew à call avec hauteur As ???
Le croupier me regarde fixement et me fait un petit plissement de bouche.
Le pentaglotte me glisse un « very nice hand »…
Bon Next…
En attendant, je redescend à 250….

Le jeune francais part à boite avec AK contre le AT d’un jeune loulou de la banlieue Oostendaise sur flop A92. Au terme d’un board A929T, s’ensuit ce délicieux petit échange :
Jeune français : Putain, c’est super moche. Mais bien joué ! »
Jeune loulou : « Ch’savais que j’étais derrière mais j’savais que ça allait tomber. J’le sentais, la vérité. »

Moi je suis remonté à 450 grâce à un carré de huit, une quinte floppée et un limp reraise light avec T9s
Je dois bien avouer, à ma piètre honte, que je suis complètement cassé et bien content d’être positif. Je commence donc à resserer mon jeu. Voir à le geler complètement.
Voir à carrément arrêter de jouer au poker et commencer à jouer avec le Pentaglotte à un sidebet pourri.
Il choisit les 7, moi les T.
Chaque fois qu’une de nos cartes tombe sur le flop, l’autre nous donne 4 euros. S’il y en a deux, c’est 8 et trois, c’est 20.

Oliver Kahn s’est complètement déridé en fin de partie.
Il commence à sourire et à plaisanter. En hollandais bien sur.
Avant une donne, il met tout son stack en pile droite et l’avance juste à coté de la ligne.
Tout le monde fold, et pour plaisanter, il avance ses 600 euros après la ligne.
Avec la BB encore à parler.
C’est en fait une variante de ma blague à moi, mais avec des couilles en cuir.
Il se lève de table peu après.
Moi : « Un dernier allin in the dark Oliver ? » Lui demande-je en anglais.
Il hésites un peu à se rasseoir…
Moi : « Come on ! Dutch balls ! »
Qui pourrait se traduire par « Allez ! Couilles d’hollandais »
Mais il ne se laisse pas tenter et part en rigolant.

Un coup assez WTF vient refroidir l’ambiance agréable de la table.
Mrick relace à 10 euros, payé par Paire de couille belge et 3 betté à 26 en Sb par le jeune français.
Le pentaglotte 4bet alors à 82 euros.
Mrick penche la tête de surprise, réfléchit, puis fold.
Paire de couille belge fold aussi.
Et jeune français paye les 82.
Puis paye les 96 de Pentaglotte sur le flop Ts4d7s
Puis paye les 124 sur la turn 7h
Puis paye les 264 euros restants que représentait son tapis sur la river Qd
Tout ça avec AcKc
Le plus drôle ?
C’est que ça gagne.

Après ce coup là, la table se calme vraiment. Surtout que tout ceux qui ont monté des stacks ne jouent quasiment plus. On approche de la fermeture de la poker room à 4h00.

Le casino nous offre des sandwichs au filet américain ou au kiri, délicate attention qui ne me laisse pas indifférent.

Seul Paire de couille belge est assez obligeant pour payer un tapis avec la deuxième paire et un tirage quinte ventrale.
Br de Paire de couille belge : -1600euros.

Moi je ne joue officiellement plus. Je fold un AQ UTG. Parceque deux ou trois nouveaux mecs viennent d’arrriver d’une autre table chaud bouillants.
Puis je raise à 76 euros avec les KK un mec qui avait ouvert à 26. Mise signifiant : « dégage, tes 26 euros me suffisent », j’ai un monstre mais je veux pas d’emmerdes.
Scared money je vous dis.

Mrick me fait des petits signes discrets. Il faut s’en aller.
Je dis au revoir à Pentaglotte contre qui j’ai gagné 6 à 3 (donc 12 euros si vous avez suivi)
Et j’encaisse mes gains. +176 euros.
C’est pas le pérou, mais c’est beaucoup plus que mes -400 habituels en casino.

Nous quittons Oostend à 4h00 du matin.
Fourbus, flappis, cassés.

Bon bilan quand même de cette session. Pas forcément par son résultat.
Mais le casino belge est quand même moins gourmand en rake, plus accueillant (à part les sandwich, nous avions une fontaine de sodas et café à volonté), l’ambiance est vachement plus détendu, les croupiers sont tous professionnels et doté d’un sacré sens de l’humour, et les tables ne sont pas remplis de dégénérés congénitaux (bigup aux paires de couilles françaises ! ). On peut jouer plus sereinement.

I’ll be back. Une fois.

Publié dans:CR CG live |on 19 février, 2012 |19 Commentaires »

Pasino Hého Hého !

Pas facile de lui trouver une place à ce petit post là.
C’est un petit compte rendu de tournoi. Mais pas que
C’est un petit compte rendu de cashgame. Mais pas que.
C’est un billet d’humeur et un point que je fais sur mon poker. Mais pas que.
C’est un post ou je vais dire couilles quatre fois. Mais pas que.
Alors ? Mmmmmh ? Vous voyez, vous aussi vous rester bouche bée, interloqué(e)s.
C’est pas facile.
C’est ce que je disais.
Vous ne vous rendez vraiment pas compte je crois. Il est 00h26, je suis rentré d’une journée de cazingue éprouvante et je me galère vraiment pour me décider dans quelle catégorie je vais mettre cet article.
Bah je suppose que je me déciderai à la fin du bazar. En plus, je vous tiens en haleine depuis une dizaine de ligne et je n’ai encore rien raconté d’intéressant pour le grinder moyen. Faut-il que j’aime appuyer sur des touches de claviers !!!
Bon, pouf pouf.

Me voici donc allant découvrir le Pasino de St Amand les Eaux pour faire le 85 euros mensuel.
Peu de tournoi aussi intéressant rapport prix/structure en Casino. (10k de stack, augmentation toutes les 30 minutes)
Merci à Aurélien Gallen, le responsable tournoi de StAmand, le créateur de ce tournoi, et accessoirement le frangin de Benjamin du même nom, aka « Benjo », le si excellent reporter winamax qui a écrit un magnifique blog dont vous trouverez le lien sur mon site (le blog est fermé en ce moment) et qui a récemment cramer une durite pendant les WSOP et oui madame, je vous jure, même que la petite Tavernier, on la voit souvent traîner avec le fils du boucher derrière la tonnelle. Mais si la petite Tavernier !!! Celle qui a un cousin qu’est rentré chez les pompiers volontaire l’année dernière et qui s’est fait violer le cul…
Pouf pouf.

Donc tournoi intéressant.
Et surtout tournoi marrant.
ça se joue en trois actes

Premier acte intitulé (piteusement): « La première table »
Sur les deux premiers rounds, je vais jouer …. 0 mains.
Non je n’ai pas changer mon jeu, je n’ai juste pas eu de spot intéressant. J’observe à mort par contre.
Nous arrivons donc au début du 3ème round, j’ai une image de serrure ultime et une assez bonne idée de chacun de mes adversaires (pas des terreurs en passant)
Le floor vient nous annoncer que la table casse.
Grommmppfpfpfpfpffffff…

Deuxième acte intitulé (judicieusement) : « La deuxième table »
En m’asseyant à la nouvelle table, j’essaie de trouver un moyen subtil de les informer que je n’ai jouer aucun coup en une heure. Mais le classique : « hé les gars, j’ai pas jouer une main en une heure, je suis une grosse serrure, faut pas me payer quand je 3 barrel avec hauteur 3″ risquant fort peu de marcher. Je me tais en maugréant.
Et là, (vous allez voir c’est marrant), je joue les quatre premières mains à fond en les gagnant sans abattage. AK, AK, AQ, 22 trouvant respectivement, top paire, deux paires, top paire et brelan.
En résumé : j’arrive à table, je joue les 4 premières mains en les relançant en envoyant des barrels et en gagnant sans abattage. Imaginez l’image de déglingo shooté au burn out je dois avoir….
Je glisse un timide « tiens c’est marrant à l’autre table, j’ai pas jouer une main, c’est rigolo quand même, là j’arrive je touche plein de grosses mains »
Mais je sens bien que personne ne croit un seul mot de ce que je raconte.
« M’en fous bandes de cons !!! J’ai doublé mon stack en moins de 8 minutes, je suis le chip leader de la table avec mes 20k !!! »
Vous aurez compris que je n’ai fait que penser cette dernière phrase. De toutes façons, on aurait pas eu le temps de me taper si je l’avait vraiment dit parce que le floor vient d’arriver pour nous annoncer que la table casse.

Troisième acte intitulé (arbitrairement) : « Arthur est un con »
De nouveau le désert du Sahara, du Sael et de Gobi réunis.
Je ne joue pas une main en deux rounds.
Quand survient cette merveille de petit coup:
Blinds 150/300
Deux limpers en early position sur ma BB.
J’ai AhAs, 19k en stack, et une bonne grosse gaule.
Je bet 1500 parce que les deux sont un peu ventouses (pour être polis) et je veux qu’ils fassent la plus grosse erreur possible en payant.
Payer ? Pourquoi payer ? Un des deux envoie boîte à 21k. En me regardant droit dans les yeux et en montrant ses muscles.
« Toi mon lapin, tu dois avoir une petite paire »
J’essaie de ne pas sourire en montrant ma main.
Il fait la gueule en posant piteusement son 3h3c
Flop : Ad9s4h
Tout le monde : « Ah bah t’es mort »
Moi (compatissant): « Mais non, pas encore »
Turn : 2c
Tout le monde : « Ah un 5″
Moi (un peu inquiet): « Non, on va éviter »
River : 5h
Tout le monde : « Oh putain »
Moi (qui me mord les couilles) : « …gttfffrg !?!?!? »

Voilà. Vous avez vu ? C’était marrant.

Marrant, c’est aussi l’adjectif qui caractérisera ma session de cashgame juste derrière.
A vrai dire, je n’avais pas vraiment envie d’y jouer, notamment parce que c’est de la 5/5 en weekend et que j’aime cavé max en cash sauf que là je n’ai que 300 et que de toutes façons, 300 c’est malheureusement une somme que je ne suis que moyennement disposé à perdre ce qui va nuire à mon jeu. Et que mettre une somme pareille à une table pareille quand on a pas envie de perdre la somme, c’est un peu du masochisme.
Mais Cédric, le sympathique jeune homme qui m’a emmené à St Amand n’est pas disposé à partir maintenant.

Je suis désolé mystérieux RV qui a laissé un message et qui apparemment devait être à ma table, (à confirmer, hein RV !!!) mais je ne m’amuserai pas à décrire toutes les mains (honnêtement, peu d’entre elles le méritent). Je vais plutôt faire un petit tour d’horizon.
La table ressemblait à une table de casino avec son shark (c’était pas moi, mais un mec qui avait volé la coupe de cheveux de sébastien Follin), ses serrures, ses mecs qui cavent au minimum mais 10 fois, ses callings stations professionnels, et bien sur…. ses paires de couilles. Tiens non, bizarre, il y en avait pas. C’est curieux.
La table est loose, mais à un point !!!! Mais l’avantage, c’est qu’on peut aisément payé UTG avec un 56s sans trop de risque que ça relance à 80 dans les blinds avec 82os.
Petit exemple, première main que je joue, j’ouvre les valets au bouton et je me goure dans ma relance, je mets la barre à 45 (au lieu de 25). Bin pas de problème, je suis payé 2 fois quand même. (je m’en sortirais bien rassurez vous).
En partant de 300, je vais monter jusqu’à 850, tout ceci grâce à :
~une paire de valet ou je me trompe dans les relances
~quelques top paires ou je fais le max de value possible
~des bluffs en deux temps du type, relance tout les limpers au bouton avec QT à 40 et cb sur un flop tout pourri (je l’ai fait 3 fois celui là.
~une double paire floppé qui déchainent les passions notamment mon sharkou qui a tirage quinte par les deux bouts et qui ne le lâche pas.
~un bluff river que je qualifierais de burné puisqu’il avait vocation à faire sciemment folder AA ou KK avec T haut. Et bien pouf, le sharkou fold KK !!!! Que ça soit dit et répété ! j’ai fait folder KK dans un casino sans A sur le board !!!! (bon le board était dégueulasse pour sa paire (3QJQJ)
ça c’est pour la partie sympa. Mais comme dans tout grand huit qui se respecte, la montée est lente, dure, angoissante, mais la descente par contre…
C’était presque grisant la vitesse à laquelle je suis redescendu à zéro.
Tout ceci grâce à :
~Une couleur max qui rencontre un full
~un bluff qui me coûte une couille
~une bonne quinzaine de petite PP (je ne mens pas) qui ne rencontre pas leur copine (à cela s’ajoute toutes les mains à tirage qui ne rencontreront pas leur flop dans les multi way pot (et pourtant que c’est rentable de floppé un brelan ou un quinte contre un mec qui a top paire sur cette table)
~une range élargie à cause de la fatigue et du semi-tilt
~et finalement, le beau, le sympa bad beat de fin de session, un 8 outs turn pour un pot à 560 euros.
Voilà, j’ai l’air nigaud, je viens de jeter 300 euros à la poubelle alors que je m’étais promis de ne pas jouer en cash au caz. Quand j’aurais une banquerolle conséquente alors là oui, tout les jours. (vous remarquerez l’emploi de l’expression « quand j’aurais » et non pas « si un jour j’ai », c’est un bel exemple d’auto-persuasion à l’américaine !!!).
C’était quand même une bonne journée, j’ai fait trois rencontres sympas. Cédric d’abord qui m’a amené ET ramené (ce dont je lui suis encore plus reconnaissant). Ensuite un joueur pro Israelo-suisse ou Suisso-Israelien qui répond au doux nom de Ofir Salomon, avec qui j’ai bien accroché, surtout quand il a voulu me relancé en bluff quand j’avais Top two. Et puis Thomas Fougeron aka Fougan, que j’ai pas mal fréquenté online et qui est effectivement aussi sympa qu’on le prétend.
Il y avait aussi à la table d’à côté Willy Korchia, dont j’entends parler 20 fois à chaque fois que je rentre dans un casino Partouche. Et cette tête de noeud de Pascal Bataille, l’ex présentateur de cette émission complètement à chier et dégradante dont j’ai oublié le nom.

Une bien belle journée si ce n’était les 385 euros de moins sur ma banquerolle. Comme si je pouvais me le permettre.
Me voilà à 00h26, pas vraiment désemparé mais une étrange résolution qui s’empare de moi.
Les quelques pros et semis pros que j’ai vu aujourd’hui, ceux pour qui un cash en 5/5 est une partie quotidienne, qui font régulièrement des 500 deepstacks.
J’ai envie de monter une banquerolle conséquente, de devenir vraiment bon, de pouvoir jouer des tournois bandants, de faire un peu d’argent avec. Et pour ça il va falloir que je me prenne en main sérieusement. Commencer à descendre de limite en cash sur ma room de fish préférée…. (oui c’est un peu paradoxale de descendre de limite pour monter une banquerolle). De trouver du coaching, me structurer, comprendre la quintessence du 3 bet, péter les scores en cash, reprendre les mtts, faire du satellite, bosser quoi. Et c’est une vraie envie. Je sais pourquoi j’ai envie de bosser. Pas pour devenir pro, mais pour arriver à quelque chose avec ce jeu qui m’a pris la tête pendant les 6 dernières années. Ah oui ! Et puis trouver un taf aussi. Pour ne plus piocher dans la banquerolle poker ce dont j’ai besoin pour vivre. J’ai sorti environ 5000 euros sur les 6 derniers mois de ma banquerolle. J’ose imaginer ce que je ferais avec ces 5000 euros de plus sur ma BR. Toutes ces résolutions m’ont amenées petit à petit à prendre une dernière résolution, une vraiment importante. Je vais classer ce post dans les trois rubriques CR mtt live, cr cg live, et billets doux.

PS : Ah oui !!!!! Couille.

Crash à Wagram

Après de folles fêtes de noël en famille à Paris, j’ai trois jours à tuer en attendant le réveillon du nouvel an que je passe à Paris également.
Je décide donc d’aller gamble en cercle pour exorciser mes piteuses performances précédentes au ClichyMontmartre et au Gaillon. Je me dirige donc au Wagram, seul cercle ou ( selon les geek de club poker) on offre la cotisation de manière officieuse.
Je ne vous dirait pas si c’est vrai mais je suis entré. Malgré les toutes nouvelles fringues que Gros papa m’a altruistement offert au 25 décembre, j’ai quand même l’impression de passer pour un bouseux provincial en m’asseyant à une table en 2/2.
Comme à chaque nouveau lieu ou partie que je découvre, j’aime attendre un peu avant de me jeter dans l’arène. Aidé par des T3, des 92 et autres mains trash, je ne joue pas les trois premiers tours et j’observe.
Différent de mon Cabourg natal, ici, ça ne foufougamble pas vraiment. Beaucoup de pot limpés, des relances généralement à 16 ou plus avec des premiums (QQ+, AQ+). Et pas vraiment de pigeons bien dodus. Je repère deux ou trois leaks quand même chez certains joueurs. (notamment un, le plus actif, qui est armé d’un flingue à un coup et ne CB pas sur la turn si il est payé au flop, à moins d’un très fort jeu).
Viens mon premier coup :
Après quatre limps en early et middle, je call au bouton avec 4h5hCheck des deux blinds.
Le flop : 4c5d7c
La SB ouvre à 10 (sur 14) et est payé par 3 joueurs. Avec mes deux bottoms paires, je me retrouve dans une situation typiquement désagréable. Ne sachant pas vraiment si j’ai la meilleure main (quand la SB ouvre devant 6 joueurs sur un flop très drawy, c’est généralement signe de force) et le call des trois joueurs indiquent que tout les tirages sont de sortie. Faire une bonne grosse surelance me parait très optimiste. Payer me semble un peu stupide parce que n’importe quelle carte va potentiellement me battre si j’ai la main gagnante et je ne sais même pas si un 4 ou un 5 me donnerait la main gagnante. Je me fold donc dessus.
Bien m’en a pris puisque une Qc plus loin, les tapis s’envolent et la SB montre 6c8c (main qui me battait au flop) contre Kc9c.
Personne ne parle à table, un peu d’énervement entre deux joueurs sur un coup bizarre, mais rien de franchement marrant.
C’est moi qui amènerait bien innocemment une ambiance plus chaleureuse à table sur le deuxième coup.
Je suis de BB et ouvre 7h4s sur un pot limpé 4fois. Check.
Flop : Qh7d4c
J’opte pour un sneaky checkraise mais tout le monde m’a percé à jour et check around.
Turn : un inoffensif 3c
J’ouvre au pot (10) et je suis payé par le bouton.
River : Kh
Je check induce bluff tirage flush raté et le bouton ouvre à 18 que je call.
Il me demande : « tu as la Q ? »
Je réponds sans le regarder, la tête baissée : « Deux paires » et je prend le pot.
Il montre un 7c bien curieux. Qu’était cette mise sur la river ? Un bluff ? Un value ? Je note l’anomalie. Et puis je me rends compte de l’attitude assez peu agréable dans ma réponse.
Je me tourne vers lui et m’excuse en souriant.
Ce petit geste de sympathie va délier toutes les langues et deux personnes vont immédiatement me raconter leurs bads beats de la veille et la table continuera une discussion permanente. Je replonge dans mon silence et mon observation.
Encore deux tours de table sans jouer et une pointe de frustration se fait sentir. Je commence à regarder mes cartes avant que la parole me vienne. Mauvais signe. Et viens ce coup insensé. Le mec avec le flingue à un coup raise UTG +2 à 16. Tout le monde fold jusqu’à mon bouton. J’ouvre KhQh. Un peu de frustration, la meilleure main jusqu’à maintenant, et la position me font payer. Les deux blinds fold.
Flop : Jh9c3s
Mon cowboy tire son CB à 24.
J’ai maintenant deux options. Un bon raise à 70 qui devrait faire folder les AK et AQ et me permettre de fold aisément en cas de surrelance. Ou le sneaky float avec mes deux overs, mon tirage quinte ventral et mon tirage flush backdoor et l’intention de voler au turn si il check (avec de grandes chances de réussite avec mon read et mon image). Je choisis donc la deuxième et avance les 24. Le croupier m’indique que la mise était de 34. Bon. Cette main commence à me plaire.
(on me dit qu’il y avait la troisième option de fold, c’est intéressant, il faudra que j’essaie un jour)
Turn horrible : As
Mon cowboy prend des jetons (je le vois clairement sur un AK ou AQ) puis se ravise et check.
Bon. Il est clair pour moi qu’il faut check et espérer un hypothétique T sur la river. J’ouvre donc à 45
(WTF ?????) Et mon cowboy insta shove à 106. Voilà ! Magnifique ! Je viens de perdre 94 euros sur ce coup débile. Je vais donc fold en me maudissant. Ma main avance les derniers 61 euros. (Mais c’est pas possible d’être aussi con !!!!) IL ouvre un évident AcKc
Le T miraculeux ne vient pas et je perds les 155 euros les plus stupides de ma pauvre carrière de joueur.
Immédiatement les questions affluent. Pourquoi ? Comment ? Qu’est ce que c’est que ce pétage de plomb total ??? Que fais-je avec mes 40 euros restants ? Je pars ? (option sage) Je recave ?(option optimiste) Je joue avec mes 40 euros ? (option stupide). J’en suis encore à réfléchir à toutes ces questions quand UTG raise à 8, payé 4 fois et j’ouvre Qc9c. Même pas besoin d’être en tilt pour mettre les 6 euros dans ce pot de 34 euros.
Le flop : Tc9h8c
Deuxième paire, tirage quinte ventrale, et tirage flush troisième. Comme dirait Gus Hansen : « a little bit of this, a little bit of that ».
La SB envoie son tapis à 50. La décision est pas trop difficile. Tapis à 32. UTG envoie tapis à 60. Et le bouton call !!!!! Waw. De quoi revenir dans la partie. SB ouvre 7h5h, l’UTG AsJd et le bouton JsTh
Croyez le ou non mais le poker odds calculator indique que j’ai 47,68% de chances de quadrupler !!! Un coin flip…
…Qui ne passe pas.
Je dis au revoir poliment. Je prends mon sac et je me crache dessus intérieurement. Je suis tellement perturbé par la façon dont j’ai joué mon KQ que je me suis planté de ligne de métro et que je m’en suis rendu compte 10 stations plus tard. Je hais Paris.

Publié dans:CR CG live |on 27 décembre, 2010 |1 Commentaire »

arobaseturf |
Beyblade3 |
Battle PC |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | minnesota de la renaissance
| S-T-U--Z
| Gagner un iPhone 5